Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

La Mairie

tél. 01 34 86 41 33 - fax 01 34 86 60 16

Maire : Christian LORINQUER

Heures d'ouverture :

de 10h à 12h15, du lundi au vendredi

de 16h à 18h, lundi, mercredi, jeudi et vendredi

Samedi de 9h30 à 11h30

Agenda

Les événements, sauf indication contraire, se déroulent à la salle des fêtes

Mercredi 11 octobre à 19 heures - à la Bibliothèque

"Lectures à voix hautes", sur le thème de la nature (durée 50mn) - public adulte

Entrée libre - sur réservation : 01 34 86 51 56 ou bibiogarancieres@orange.fr

 

 

Agence Postale Communale

Le service COURRIER de la Poste est désormais assuré par l'Agence Postale Communale en mairie (timbres, recommandés, colis, dépôt et retrait, prêt-à-poster, ...)

Horaires d'ouverture :

lundi, mercredi, jeudi et vendredi : 10h à 12h15 - 16h à 17h30

mardi : 10h à 12h15 - samedi : 9h30 à 11h30

Souscription restauration de l'église

La commune de Garancières et la Fondation du Patrimoine ont signé une convention (vendredi 29 avril 2016) pour l'ouverture d'une souscription publique destinée à la restauration de l'église St Pierre.

Dès maintenant, vous pouvez apporter vos dons directement en cliquant sur le lien  http://www.fondation-patrimoine.org/42853 

/ / /

Edito du maire - Gazette en cours

Ville propre - Bibliothèque - Ecoles - Associations - Chemins de promenade Histoire et patrimoine


 

ClocherVillagemairie garanci-res-1DSC 0166

Edito du Maire - automne 2016 - Gazette n°18

 

En septembre, les enfants ont repris le chemin de l’école et ont du se plier aux nouvelles règles de sécurité imposées par les événements dramatiques du début d’année et de l’été. Les parents également ont vu les accès à l’école plus compliqués et respectent bien ces nouvelles dispositions. Merci à eux pour leur collaboration à l’efficacité des mesures mises en place pour assurer la sécurité de nos enfants.

 

L’école reste et doit rester un lieu privilégié de sérénité, d’épanouissement et d’apprentissage.

Pour aboutir à ces objectifs, l’école a été dotée depuis quelques années de tableaux numériques interactifs pour que nos élèves puissent évoluer dans un milieu éducatif moderne.

Cette fin d’année, nous allons procéder au remplacement d’une partie de ce matériel, permettant ainsi à nos enseignants de travailler dans de meilleures conditions. Cette opération représente un effort non négligeable de la collectivité dans un contexte financier particulièrement dégradé.

 

Les diverses diminutions de nos dotations et l’augmentation des prélèvements de péréquation pèsent en effet lourdement sur nos exercices budgétaires.

La rentrée, c’est aussi, l’arrivée des feuilles d’impositions et cette année, mauvaise surprise, l’augmentation de la taxe sur le foncier bâti est particulièrement douloureuse. Si les taux d’imposition de la commune n’ont pas évolué, le taux départemental a bondi de façon spectaculaire. Nous ne pouvons que le regretter et le subir.

Ceci nous conduit quasiment à une double peine : plus de prélèvement sur l’habitant, moins de moyens pour la commune et des besoins légitimes d’équipements pour que notre village soit un village où il fait bon vivre.

 

Face à ses difficultés, nous avons cependant quelques atouts majeurs : des réserves foncières importantes tant bâties que non bâties.

Le départ des sapeurs pompiers vers une structure mieux adaptée aux contraintes actuelles du service nous libère les anciens locaux. La restitution de la trésorerie, rue Général Leclerc va nous permettre de la réaffecter à de nouveaux services. L’équipe municipale va dès la fin de cette année se livrer à une analyse précise des besoins de la collectivité afin de définir le devenir de ces biens.

Deux autres bâtiments sont actuellement en cours de réhabilitation : l’ancien presbytère pour y aménager trois logements et l’ancienne poste pour deux logements. La livraison de ces chantiers doit intervenir au printemps prochain.

 

Avant que ces beaux jours ne reviennent, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

Christian Lorinquer

Ma ville propre

La commune de Garancières est membre du SIEED (Syndicat Intercommunal d’Évacuation et d’Élimination des Déchets) pour la gestion de ses ordures ménagères.
Plusieurs services sont à la disposition des habitants :
- ordures ménagères : la poubelle verte
- plastiques, cartons journaux, etc ... : la poubelle jaune
Elles sont collectés une fois par semaine : le mardi
 
- Déchets verts : des sacs papiers sont distribués par la municipalité à la fin du mois de mars de chaque année. Ils sont destinés à contenir vos tontes, petits branchages et coupes de votre jardin.
La collecte est organisée chaque lundi au cours de la période d'avril à décembre.
Pour 2017 : reprise le lundi 3 avril, jusqu'au lundi 18 décembre inclus.
 
Une déchèterie est également à la disposition de la population, située à côté du supermarché.
La carte d'accès est disponible sur simple demande en mairie sur présentation d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile.
Horaires d'ouverture -> voir la page : Pratique
 
Encombrants : 2 passages par an sont organisés pour vous débarrasser de vos plus gros déchets. Mais vous pouvez vérifier au préalable s'ils sont acceptés en déchèterie, et si vous pouvez les transporter vous en débarrassez plus vite.
Pour 2017, 1ere collecte : vendredi 21 avril - 2ème collecte : vendredi 20 octobre
 
Plus d'information sur la gestion des déchets : http://www.sieed.fr
 
 
La Bibliothèque Municipale (BmG)
3 bis rue St Maurice - tél. 01 34 86 51 56 - mail : garancieresbiblio@orange.fr
La Bibliothèque municipale est un équipement culturel de proximité au service de la lecture publique et doit être à ce titre accessible au plus grand nombre.
Ouverture
(nouveaux horaires à partir de septembre 2017)
Mardi et vendredi de 15h30 à 18 heures
Mercredi de 13h30 à 19 heures
  Samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 15h30
 
Le Conseil municipal du 11 février 2014 a voté une modification des montants de cotisation, à compter du 1er mars 2014 :
La cotisation a été fixée à 2,5 € par personne et par an (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans). En cas de plusieurs inscriptions de plus de 12 ans dans une même famille, il ne sera pas perçu plus de 6 €. Inscription individuelle hors commune : 5 €.

Il est nécessaire de se munir d’un justificatif de domicile (quittance EDF, de loyer ou avis d’imposition) pour une première inscription.

 

Les écoles

L'école primairerue Saint Maurice - Téléphone : 01 34 86 47 80

Le Blog de l'école primaire : http://blog.crdp-versailles.fr/ecoleelementairegarancieres

L'école maternelle7 rue Saint-Pierre - Tél. 01 34 86 43 86   

 

Les associations

 

Le Comité des Fêtes site internet :link (www.garancieres-en-fete.com). Soirée à thème, loto méridional, sorties spectacles, et surtout fête du village fin juin et organisateur d'une étape annuelle de Stock-car en septembre.

GALA ( Garancières Arts et Loisirs Associatifs) site internet : link (http://gala.asso.fr ). Ecole de musique, cours de théâtre et d'arts plastiques. L'association est née en 1989.

ECHANGES site internet : link (http://echanges.garancieres.free.fr) - Association conviviale des anciens et moins anciens, associée à la Fédération des Ainés Ruraux. Organise divers ateliers, des voyages et dont les adhérents se retrouvent régulièrement dans des moments festifs (galette, St Valentin, Beaujolais nouveau, anniversaires, ...). L'association a fêté ses 20 ans en mai 2011.

USY (Union Sportive des Yvelines) site internet : http://www.union-sportive-des-yvelines.fr. L'association sportive regroupe 6 communes : Boissy sans Avoir, Galluis, Garancières, Grosrouvre, La Queue lez Yvelines et Millemont.

Multisports : badminton, école des sports, escalade, escrime, football, gymnastique, judo, karaté, tennis,yoga, ..;

-

Chemins de promenade
CouvertureChemins
Edité en 2008, ce petit livret présente 4 parcours balisés sur le territoire de la commune. Il a été réalisé sur la base des archives des chemins ruraux dont les appelations ont été reprises. Bonne promenade.
ParcoursFontaineQuenette-1.jepg ParcoursGrandeFontaine-2
ParcoursGrenouilles-3 ParcoursPépinières-4

Histoire et patrimoine

De Warenceras à Garancières : Les quelques millénaires qui ont façonné notre village

Les premières traces de l’homme inscrites dans la terre de Garancières remontent aux confins du mésolithique, période de transition entre l’âge de la pierre taillée et de la pierre polie, vers 30 000 ans avant Jésus-Christ.

Sur place, ils taillent leurs silex, façonnent leurs armes de chasse, dont ils nous ont laissé les vestiges que les labours successifs remontent régulièrement à la surface.

Avec l’apparition de la métallurgie du bronze vers 1800 avant JC, de nouvelles traces de ces âges préhistoriques nous sont livrées. Il y a quelques années, une hâche de bronze a été exhumée lors d’un labour à La Queue-lez-Yvelines et des scories d’une antique fonderie apparaissent encore près de Richebourg.

Arrivée des Gaulois et installation romaine.

Vers le début du premier millénaire, de nouveaux peuples arrivent : celtes, indo-européens. Ces envahisseurs, que César appellera Gaulois, s’établissent. Notre région se trouve aux confins des terres occupées par les Carnutes et les Durocasses.

Après la conquête romaine, l’espace s’organise. De grandes fermes s’établissent, qui ont laissé dans les noms de lieux la marque de leur présence. Certaines de ces villae gallo-romaines se sont perpétuées au travers de la finale « ville », comme Féranville, Flexanville mais aussi chez nous à Garancières le lieu-dit les buissons Frémanville (Frotmirvilla). De cette période date la ville gallo-romaine découverte en dessous de Jouars-Ponchartrain, la Nymphée de Septeuil, mais aussi l’apparition de notre village.

Naissance de Garancières.

C’est avec l’avènement de la dynastie carolingienne que naît véritablement Garancières.

Vers 805, Irminon, abbé du monastère de St Germain des Prés (alors appelé Ste Croix-St Vincent), fait dresser un inventaire des possessions de l’abbaye ? C’est dans cet inventaire dénommé Polyptyque d’Irminon que l’on découvre un village : Warenceras. Il est occupé par deux familles, comptant une dizaine de personnes.

Le nom de Warenceras est issu de la racine germanique Waren qui signifie : mur de clôture, défense, et qui s’est transformé au cours du Moyen-âge en Garenceras par substitution du W par un G comme pour beaucoup de mots de la langue française. Ces murs de clôture étaient établis pour enfermer le gibier et en particulier les lapins (WARENS - GARENNE).

Le comté de Montfort dans la tourmente.

A la suite des invasions normandes des 9ème et 10ème siècles, notre région se trouve englobée dans les Marches du royaume de France qui s’est formé au cours de cette période. Le comté de Montfort est l’une de ces seigneuries militaires qui constituent un cordon de protection du royaume contre les turbulents Normands. Les seigneurs de Garancières sont vassaux du comte de Montfort et l’histoire du village se confond avec les vicissitudes du comté.

Les 12ème et 13ème siècles, après la grande parenthèse des invasions barbares et normandes, voient apparaître un nouveau développement qui va refaçonner le paysage. Des essarts (déboisement pour mise en culture) apparaissent et de nouveaux villages comme Béhoust s’y établissent. Les grands champs ouverts cultivés selon les normes strictes de l’assolement triennal se reconstituent.

Premières archives historiques.

Finalement, le mariage d’Anne de Bretagne, également comtesse de Montfort, avec Charles VIII puis Louis XII, fait entrer Garancières dans le royaume de France.

L’histoire de Garancières se précise à la fin du 16ème siècle. En témoignent les premières archives notariales remontant à 1582 et les registres paroissiaux établis à partir de 1627. Grâce à ces nombreux documents, la vie au jour le jour au village émerge lentement.

Hivers rudes, inondations et épidémies.

Le 17ème siècle est une période contrastée. Au calme des règnes d’Henri IV et de Louis XII succède une période difficile qui culmine au milieu du siècle. Le climat se refroidit, les hivers sont particulièrement rigoureux. En 1650, une terrible inondation submerge le village sous près de deux mètres d’eau. Les récoltes sont hasardeuses et des épidémies, probablement le choléra, déciment une population éprouvée.

Accalmie et prospérité.

Il faut attendre le début du 18ème siècle pour voir, grâce au réchauffement du climat, reculer la misère. Les chiffres extraits des registres paroissiaux sont éloquents :  aux courbes chaotiques de la mortalité du 17ème siècle succède une courbe régulière qui traduit une amélioration certaine des conditions de vie.

C’est cette période de relative aisance qui permet de faire des progrès en matière d’éducation. A la fin du siècle, les trois quarts des hommes et près de la moitié des femmes savent écrire. Le village tire sa vitalité essentiellement de la polyculture fondée principalement sur les céréales et la vigne, l’élevage étant très peu développé.

La Révolution : une période agitée.

Puis, brutalement c’est l’explosion révolutionnaire qui vient momentanément stopper l’expansion du village. Dès le début, Garancières pénètre dans cette révolution avec l’espérance liée au siècle des Lumières que son curé, Louis Marie Landrin, député du baillage aux  Etats généraux, va défendre à l’Assemblée constituante.

Mais toute naissance est douloureuse et dans les années 1793-1794 le village connaît, comme ses voisins d’ailleurs, quelques drames : Landrin doit quitter le village sous la pression révolutionnaire des émules de la Terreur, le curé de Boissy-sans-Avoir est guillotiné, l’église de Garancières est transformée en temple de la Raison. Les traces de cette période trouble étaient encore vivants sur les murs du chœur jusqu’au milieu du 20ème siècle.

Un village prospère mais menacé.

Avec la paix napoléonienne, le village découvre une certaine sérénité. Il perd certes sa position de chef lieu de canton acquise en 1791, mais retrouve l’expansion qu’il a connue au 18ème siècle. Sa vocation agricole et viticole le tient loin de l’industrialisation galopante du 19ème siècle. Il voit uniquement passer le flot des migrants de l’ouest de la France -dont certains s’arrêteront et s’installeront- qui vient grossir l’agglomération parisienne en pleine effervescence industrielle.

Le village connaît alors dans la seconde partie du siècle une prospérité inégalée liée en grande partie aux malheurs des viticulteurs du Midi terrassé par l’explosion du phylloxera. Le vignoble parisien atteint son apogée au 19ème siècle. Mais le phylloxera gagne, progresse et atteint la limite nord de la vigne en région parisienne au crépuscule du 19ème siècle. En quelques années, la vigne disparaît : une culture deux fois millénaire sur le sol de notre commune (dont il reste quelques vestiges dans nos noms de rues et de chemins) est irrémédiablement détruite.

Guerres mondiales et mutation profonde.

L’agriculture se tourne vers la monoculture céréalière. Mais les malheurs se succèdent. Les deux guerres mondiales successives vont profondément blesser la jeunesse du village, blessures certes refermées mais dont on conserve encore aujourd’hui la mémoire vivante grâce aux noms gravés dans la pierre de notre monument aux morts.

L’agriculture s’industrialise. L’entre-deux guerres voit apparaître les premiers tracteurs dans les grosses fermes qui entourent le village -certains s’en souviennent encore.

La mécanisation a ses revers et la seconde partie du 20ème siècle voit lentement disparaître la lignée de ces façonneurs de notre paysage qui au cours des dix derniers millénaires ont donné à notre village l’âme qui fait de lui un véritable être vivant .

Un village à la croisée des chemins.

Garancières aujourd’hui s’étend sur une surface de 1012 ha dont 70 ha pour le bourg et les hameaux. 760 ha de terres cultivées, 65 ha de vergers, jardins et cultures spécialisées, 22 ha de chemins et 95 ha de bois et friches. L’altitude moyenne de la commune est de 101 m.

La population de Garancières était de 2 242 habitants au recensement en 1999, ce qui fait accéder notre village, du point de vue des statistiques INSEE, au statut de ville.

Le recensement 2007 a dénombré 2 416 habitants.    

Partager cette page

Repost 0
Publié par